Actu

Les évêques en appellent au contrat social

La Conférence des évêques de France a publié une adresse aux habitants de notre pays quant à l’attente d’un projet de société, un vivre-ensemble organisé par un contrat social, formule républicaine chère à Jean-Jacques Rousseau.

Sont-ils dans leur rôle ? N’y a-t-il pas atteinte à la laïcité ? Peut-on trouver matière à réflexion ?

L’Eglise dans le débat public

La laïcité ne doit pas se concevoir comme la négation des religions mais plus dans l’esprit de Jean Jaurès et des concepteurs de la loi de 1905. « Dans aucun des actes de la vie civile, politique ou sociale, la démocratie ne fait intervenir, légalement, la question religieuse. Elle respecte, elle assure l’entière et nécessaire liberté de toutes les consciences, de toutes les croyances, de tous les cultes, mais elle ne fait d’aucun dogme la règle et le fondement de la vie sociale » (Jaurès 1904). Ainsi, elle est une garantie de la liberté religieuse, respectueuse des lois de la République. Chaque institution religieuse peut s’exprimer et participer au dialogue au sein de la société en soulignant les enjeux du moment. Lorsqu’elle est vindicative, dominatrice dans le temporel, voire liberticide, la religion sort de son rôle encadré par la loi, mais les responsables ecclésiastiques ont le droit d’intervenir et l’ont déjà fait pour défendre des libertés et la dignité de la personne humaine.

Que l’on se souvienne de l’abbé Pierre et de son appel de 1954 sur le logement, de l’évêque de Toulouse en 1942 en faveur des juifs, de l’évêque d’Alger pour l’autodétermination et plus proche de nous, Monseigneur Gaillot.

Ainsi l’Eglise comme toute personne publique ou privée peut s’exprimer, d’autant qu’elle défend des principes républicains et souligne la nécessité d’un projet politique de cohésion sociale et de fraternité.

« Plus que jamais, nous sentons que le vivre-ensemble est fragilisé, fracturé, attaqué. Ce qui fonde la vie en société est remis en cause », estiment les évêques. Ce constat, chacun peut le faire et trop d’entre nous le vivent : la précarité, l’isolement, les inégalités entre les territoires. Ils soulignent le risque pour la cohésion sociale et indirectement démontrent que cette situation « d’insécurité sociétale » entretient le désespoir, antichambre du vote extrémiste. Qui ne souscrirait à cette analyse qui n’est pas à proprement parler religieuse ?

Les évêques en appellent à une société française dans une Europe forte et consciente de son histoire et de ses responsabilités dans le monde. « On ne peut donner le meilleur de soi à un pays si on ne le perçoit pas comme équitable à l’ensemble de la population. […] il fallait réfléchir au concept de nation, de pays, dans une société qui est devenue, qu’on le veuille ou non, pluraliste, plurielle », considère Mgr Pontier. « On a besoin d’hommes politiques qui portent le courant de l’ouverture, de la confiance ».

Chacun dans son rôle

S’appuyant sur le constat des associations caritatives catholiques, les évêques lancent cet appel, chacun devant rester dans son rôle, sans se substituer aux responsables politiques. Ceux-ci, de tous bords, doivent s’extraire de leurs vaines querelles intestines et entendre ce discours d’exigence qui est en fait, un discours de Liberté, d’Egalité et de Fraternité, celui qu’attendent les habitants de notre pays.

Pour nous, démocrates et républicains, le renouvellement du contrat social, du pacte républicain est une exigence pour redonner un souffle à une société qui en manque. Il se construit dans un échange dialectique entre les citoyens, les responsables politiques, une forme de démocratie participative. Ce projet de société laisse leur place aux religions mais il ne doit pas pour autant leur être inféodé. La laïcité à la française en quelque sorte.


Francis PIAN

Ancien conseiller municipal de Clamart

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s