Europe

Jean-Luc Bennahmias, tête de pôle réformiste. @JLBennahmias #Réformiste

Le président du Front Démocrate, Jean-Luc Bennahmias, en compagnie de la Quimpéroise Brigitte Le Cam, coordinatrice du parti en Bretagne. À lire dans letelegramme_logo  ou ci-dessous :

Le président du Front démocrate, Jean-Luc Bennahmias, défend une Europe qui se construit dans l’intérêt des peuples. Il l’a réaffirmé à Quimper hier. En France, il rêve à un grand parti réformiste de centre gauche. « Le système politique est en train d’imploser. Nous nous efforçons, depuis la création du Front démocrate en 2014, puis de l’UDE (Union des démocrates et écologistes) avec Écologistes ! en 2015, de fonder un pôle réformiste de centre gauche, social-démocrate et écolo pragmatique », indique Jean-Luc Bennahmias, de passage à Quimper, hier, à l’occasion d’un débat sur l’Europe. « Évidemment, nous ne sommes pas très nombreux : 1.200 adhérents, une petite dizaine d’élus régionaux, autant d’élus départementaux, mais cette recomposition est élargie à des syndicalistes, notamment de la CFDT et de l’Unsa, à des acteurs associatifs », décrit le président du Front démocrate et vice-président de l’UDE.

JLB et Brigitte LE CAM

Proportionnelle indispensable

« Ce qui nous rassemble, y compris avec nos amis d’Écologistes ! (NDLR : emmenés par François de Rugy et Jean-Vincent Placé), c’est la volonté de restaurer le pacte républicain, c’est de porter des idées qui permettent à ce pays de se transformer, ce que la gauche et le gouvernement ont des difficultés à faire actuellement », commente l’ancien secrétaire national des Verts (1997-2001) puis ex-cadre du Mouvement Démocrate (2007-2014).

Jean-Luc Bennahmias n’envisage pas d’être « un candidat de plus » à l’élection présidentielle 2017.

Il défend l’instauration de la proportionnelle, « de plus en plus indispensable, qui n’empêche pas que ressorte une majorité représentative » aux prochaines élections législatives, se dit-il convaincu. Commentant l’actualité parlementaire, avec l’examen de la loi Travail, Jean-Luc Bennahmias considère que le gouvernement « aurait au moins dû se mettre d’accord avec les syndicats réformistes » avant de border la loi. « On va peut-être y arriver d’ailleurs mais après des violences urbaines que nous n’avions pas connues depuis les années 1970 », regrette-t-il.

« Pôle européen bien défini »

L’Europe figure, par ailleurs, au cœur de l’ADN politique du Front Démocrate. L’ex-député européen (2004-2014) milite pour « un pôle européen bien défini autour d’une fiscalité commune, d’un système commun de minima sociaux, d’un régime de sécurité sociale commun, tout cela à installer progressivement ». « Au-delà de la libre circulation des personnes et des capitaux, il faut construire une Europe qui agit dans l’intérêt des peuples et non contre eux. Il faut une Europe dotée d’un vrai budget, qui pèse 2, 3 ou 4 % du PIB européen et qui permette d’investir, par exemple, dans les infrastructures ferroviaires, les énergies renouvelables, une politique éducative qui aille bien au-delà du programme Erasmus », insiste-t-il. À propos des transports, il réaffirme l’opposition de son mouvement à la construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes. « Il n’apporta rien ! L’actuel aéroport, moderne, suffit bien même s’il faut y ajouter 300 m de piste », estime Jean-Luc Bennahmias.

10 mai 2016/ Recueilli par Bruno Salaün
© Le Télégramme

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s